La Colombie-Britannique n'est pas étrangère à la réforme des drogues. En effet, nous avons rapporté comment les dispensaires de champignons magiques à Vancouver ont été... vendre au grand jour sans craindre les autorités locales. 

C'est un changement bienvenu pour les Canadiens qui craignaient d'être poursuivis s'ils faisaient un tour du côté psychédélique. C'est en partie à cause d'un changement d'orientation dans la lutte contre les opioïdes. gangs. Ce sont les principaux responsables de l'aggravation de la situation. l'épidémie d'opioïdes au Canada. Toutefois, les experts estiment que la décriminalisation de la des drogues non addictives plus sûres ne suffira peut-être pas à résoudre la crise. 

Peut-être est-il temps d'adopter une approche plus radicale ? 

La Colombie-Britannique va décriminaliser la possession de toutes les drogues d'ici 2023

À compter du 31 janvier 2023, les habitants de la Colombie-Britannique qui seront trouvés en possession de moins de 2,5 grammes de drogues illégales, dont le fentanyl, l'héroïne et la MDMA, ne seront pas arrêtés par les autorités. Cette mesure fait suite à la décriminalisation par le gouvernement fédéral de Justin Trudeau de l'usage et de la possession de drogues illicites. pratiquement tous dans la province canadienne. 

(Photo par Alejandro Luengo sur Unsplash)

Le changement massif de politique a été a annoncé par la ministre fédérale de la santé mentale et des toxicomanies, Carolyn Bennett, et son homologue à Vancouver, Sheila Malcolmson. La nouvelle loi a pour but de lutter contre l'épidémie d'opioïdes. De toutes les provinces canadiennes, c'est Vancouver qui est la plus touchée par cette épidémie. 

Cependant ! Il est essentiel de noter que seules l'utilisation et la possession de drogues illégales seront dépénalisées. Leur vente et leur distribution ne le seront pas. La législation indique clairement que les personnes qui fournissent des drogues illégales, en particulier celles qui contiennent du fentanyl, seront toujours arrêtées et inculpées par les autorités. 

Elle ne s'applique pas non plus à ceux qui sont pris en train de consommer ou de posséder des drogues dans les écoles primaires ou secondaires, les garderies ou les aéroports. Ceux qui sont liés par le code disciplinaire de l'armée canadienne ne sont pas non plus inclus. 

Supprimer la stigmatisation des drogues

Cela peut sembler un changement radical de la politique en matière de drogues pour une ville aussi importante. Mais la ministre de la santé de Vancouver, Sheila Malcolmson, estime que la seule façon d'éliminer les stigmates de la toxicomanie - et de faire en sorte que les personnes concernées n'aient pas peur de demander une aide médicale - est de décriminaliser l'usage des drogues, point final. 

(Photo par Sharon McCutcheon sur Unsplash)

Elle a écrit dans une déclaration :

"La stigmatisation pousse les gens à cacher leur consommation de drogue, à éviter les soins de santé et à consommer seuls... Grâce à la décriminalisation à l'échelle de la province, nous pouvons réduire la peur et la honte qui empêchent les gens de parler de leur consommation de drogue et qui les incitent à demander de l'aide, un soutien vital et un traitement."

Autrefois, vous pouviez vous attendre à ce que les flics saisissent les drogues si vous êtes pris en train de les consommer. Désormais, ils vous indiqueront simplement les services de toxicomanie et de santé à proximité. Les personnes prises en possession de moins de 2,5 grammes de drogues dures ne seront plus non plus sanctionnées par une peine de prison. Cette loi entrera en vigueur en 2023. 

Dernier effort pour sauver des vies

Vous vous demandez peut-être pourquoi le seuil officiel pour les drogues est assez bas, à savoir de 1,5 à 1,5 million d'euros. 2,5 grammes maximum. Les décideurs de la Colombie-Britannique, dans leur demande initiale, avaient demandé au gouvernement fédéral de M. Trudeau une limite de 4,5 grammes. Cependant, on leur a dit de l'abaisser d'abord. Au moins les procès a fait permettent à la Colombie-Britannique de dépénaliser la possession de presque toutes les drogues. Il faut s'attendre à une limite plus stricte au départ. Le compromis est la clé du progrès, n'est-ce pas ?

(Photo par Aditya Chinchure sur Unsplash)

Dirigés par les sociaux-démocrates du Nouveau Parti Démocratique (NPD), les nouveaux dirigeants de la Colombie-Britannique ont proposé ce plan dans un ultime effort pour sauver des vies. En incitant les personnes touchées par la crise de la drogue à demander de l'aide aux médecins, aux infirmières et aux premiers intervenants... sans avoir à avoir peur de punition, la Colombie-Britannique pourrait réduire le nombre de décès dus aux overdoses d'opioïdes. 

Les chiffres ne mentent pas : la guerre contre la drogue, qui dure depuis des décennies, est un échec. L'année dernière, les drogues illégales, en particulier celles contenant du fentanyl, ont causé la mort de 2 224 Britanno-Colombiens. Il s'agit d'une augmentation de plus de 400% au cours des sept dernières années. À tel point qu'en juillet 2021, il y avait 67% de plus de surdoses de drogues mortelles que de décès de covidés en Colombie-Britannique.

Un grand pas vers la réduction des risques

La tendance croissante à la dépénalisation des drogues récréatives, y compris celles qui sont sans danger comme le cannabis, est en train de s'accentuer. psilocybine Le fait que les drogues ne soient plus considérées comme des shrooms ou des truffes magiques n'est pas seulement dû au fait qu'elles sont loin d'être aussi dangereuses qu'on le pensait. Plus important encore, des politiques comme celle de la Colombie-Britannique sont calculées pour aider à guérir la dépendance, encourager les gens à chercher de l'aide et défaire des décennies de dommages causés par la guerre contre les drogues. Comme l'incarcération basée sur des accusations de drogue, par exemple.

(Photo par Elia Pellegrini sur Unsplash)

Dans une interview avec Pleins feux sur le psychédélismeLe conseiller en politique des drogues de PSYC Corporation et le défenseur public américain Brad Schelsinger ont expliqué ce qui pourrait se passer ensuite :

" La décision du gouvernement de la Colombie-Britannique de s'éloigner de la l'échec de la politique mondiale de lutte contre la drogue depuis des décennies et de décriminaliser la possession et l'utilisation de petites quantités de drogues est un signe très positif.

"Bien qu'il ne s'agisse pas d'une panacée, il s'agit sans aucun doute d'un grand pas dans la direction d'une approche de la politique en matière de drogues fondée sur la réduction des risques et les preuves. Comme le montre l'expérience très réussie du Portugal, qui a adopté une approche de dépénalisation similaire pendant plus de 20 ans montre - l'élimination des sanctions pénales et de la possibilité d'incarcération pour la possession et la consommation de drogues entraîne une diminution des décès et des maladies, la réduction des taux de dépendance à long termel'augmentation du nombre de personnes cherchant à se faire soigner volontairement et la diminution de la mise en cage des personnes."

Action audacieuse, changement de politique

La ministre fédérale de la santé mentale et des toxicomanies, Carolyn Bennett, a parlé de cette mise à jour historique de la politique en matière de drogues et de la façon dont elle peut mettre fin à la crise des surdoses d'opioïdes :

"Depuis bien trop longtemps, cette vague de pertes est une réalité en Colombie-Britannique et dans tout le pays. 

"Aujourd'hui, nous faisons les premiers pas dans la une action audacieuse indispensable et un changement significatif de politique".

Bennett a également dévoilé un nouveau budget de $11,78 millions de dollars pour soutenir les programmes de lutte contre l'abus de substances et les dépendances en Colombie-Britannique.

La toxicomanie est un problème de santé et non un crime

La dépénalisation des drogues n'est pas synonyme de légalisation. Cependant, les experts estiment que le changement de politique de la Colombie-Britannique est la bonne approche de la crise des surdoses d'opioïdes. La seule façon de remédier à l'augmentation de la dépendance est de la traiter comme un problème de santé, et non comme un problème criminel. En réduisant la stigmatisation associée à la consommation de drogues, les personnes ayant besoin d'aide n'auront plus peur de la demander.

(Photo par Mat Napo sur Unsplash)

Selon Malcolmson, cette nouvelle loi est une "étape majeure dans changer notre vision de l'addiction et la consommation de drogues en Colombie-Britannique". Elle a ajouté que :

"La peur d'être criminalisé a conduit de nombreuses personnes à cacher leur dépendance et à consommer des drogues seules. Et consommer des drogues seul peut signifier mourir seulparticulièrement dans ce climat d'augmentation tragique de la toxicité des drogues illicites."

Vancouver et Toronto ont également déposé une demande d'exemption concernant la dépénalisation de la possession de petites quantités de drogues illégales. Ces deux dernières demandes sont encore en cours d'examen par le gouvernement fédéral. 

Pour qu'une province canadienne soit autorisée à décriminaliser les substances illicites, elle doit d'abord démontrer au ministre de la Santé que cette mesure est "nécessaire pour un un but médical ou scientifique ou est autrement dans le intérêt général"

Même les flics sont de leur côté

La situation des overdoses d'opioïdes au Canada s'est aggravée. Si grave que même les forces de police locales ont exprimé leur soutien à la décriminalisation des drogues illicites. C'est une surprise, mais une surprise bienvenue ! Parmi ces voix, il y a celle de la Association canadienne des chefs de policeet le Association des chefs de police de la C.-B.. Une telle prise de position publique ne fait que prouver que les vrais criminels sont pas ceux qui souffrent de dépendance. Ce sont ceux qui trafiquent, produisent, importent ou exportent des drogues dures dans les rues malgré le nombre de morts.

(Photo par AJ Colores sur Unsplash)

Le député néo-démocrate Gord Johns, chef du projet de loi national sur la décriminalisation au Canada, a déclaré que ce qui est arrivé à la Colombie-Britannique est... "bonnes nouvelles" mais que la loi doit s'étendre à toute la nation, également :

"Les familles de milliers de Canadiens sont l'enterrement d'êtres chers Nous avons besoin d'une approche nationale. Nous avons besoin d'une approche nationale. [Les libéraux adoptent] une approche fragmentaire et progressive qui coûte des vies chaque jour. "

La fin de la guerre contre la drogue ?

C'est une décision courageuse de dépénaliser l'utilisation et la possession de... tous des substances récréatives. Mais c'est une étape cruciale pour mettre fin à la guerre contre la drogue. Si la Colombie-Britannique obtient les mêmes résultats favorables que le Portugal, il est presque certain que d'autres grandes provinces du Canada - et d'autres régions du monde - feront de même. suivent le même changement de politique en matière de drogues. 

(Photo via Wholecelium)

À ce jour, un projet de loi visant à décriminaliser la possession de drogues dans tout le Canada a été présenté par l'aile fédérale du NPD. Bien que la majorité des libéraux au pouvoir ait déclaré que ce n'était pas le bon moment pour un changement aussi radical, ce projet de loi pourrait tout de même voir le jour à l'avenir. Surtout si la Colombie-Britannique obtient des résultats positifs en 2023 !

Deux doigts croisés, hein ?